Opossum_flickr.com:photos:pachytime:1988865836

Opossum : nouveau look, même passion.

C’est une nouvelle ère qu’entame Opossum ! Nouveau logo, nouvelles couleurs, nouveau site, nouveau blogue.

Capture d’écran 2014-06-11 à 13.56.56

Depuis sa fondation en 2003,  Opossum a aidé des centaines d’organisations à générer de l’apprentissage et à mieux utiliser les technologies en ce sens. Que ce soit avec des CD-ROM (oh oui à l’époque!), avec des communautés de pratiques, des blogues, des wikis ou grâce aux médias sociaux, elle a permis autant à des élèves qu’à des professionnels de tous les milieux de se réseauter, d’apprendre et de se former ensemble.

Aujourd’hui, on garde la même passion pour l’apprentissage et le web social. On continue de croire qu’apprendre, ç’est hautement plus efficace et agréable de le faire avec les autres. On poursuit notre bon travail, mais sous une toute nouvelle apparence. Sur ce blogue, on tentera de vous partager le plus souvent possible les sujets qui nous animent et les projets sur lesquels on travaille. Même chose sur Twitter et sur Facebook, où on ne se lasse pas de bavarder avec vous!

MERCI à Kabane, nos fidèles compagnons, pour leur excellent travail sur notre image de marque. MERCI à iXmédia, l’entreprise qui nous a fait naitre et qui continue de croire en nous, pour avoir développé notre nouvelle présence web.

 

(Source Photo : FlickR – Mike Keeling )

studentphone_www.flickr.com:photos:francisco_osorio:8425561472:

Universités : Médias sociaux au profit des services aux étudiants

Une Université, c’est bien plus qu’un endroit où on en apprend sur le couloir syro-palestinien ou la philosophie française au XXe siècle. C’est un lieu où se côtoient des milliers de personnes, qui partagent des intérêts et des passions semblables. Chaque individu y a son rôle à jouer. Certains enseignent, d’autres apprennent, font de la recherche. Mais autour d’eux gravite tout un monde, les services aux étudiants. Transport, sécurité, santé, bibliothèque, sport, culture, religion, restauration… C’est une microsociété en soit. C’est probablement de là que vient l’expression «communauté universitaire».

Le principe des communautés, c’est le principal élément qui anime les médias sociaux. On partage. On échange. On construit. On crée. (Notez l’utilisation du ON). Dans un contexte de communauté universitaire, les médias sociaux ont donc toute leur pertinence.

C’est dans le cadre du Colloque des Services aux étudiants du Réseau de l’Université du Québec qu’Opossum a donné une formation sur les médias sociaux à des intervenants des services aux étudiants. Que pouvaient-ils faire pour promouvoir leurs services via les réseaux sociaux? Quels outils devaient-ils utiliser? Pour certains, comment allaient-ils s’organiser pour débuter? Pour d’autres, comment pouvaient-ils augmenter les interactions avec les étudiants et améliorer leurs stratégies?

Il a donc été question du rapport entre les étudiants et les technologies, des bonnes et des moins bonnes pratiques des universités, des stratégies d’animation de communauté, etc.

À terme, la formation souhaitait que les participants puissent repartir la tête pleine d’idées et avec suffisamment d’outils pour que leur expérience sur les médias sociaux soit positive et que les résultats soient au rendez-vous!

(Photo : Francisco Osorio https://www.flickr.com/photos/francisco_osorio/8425561472/)

Une école modèle de citoyenneté numérique

Imaginez que votre organisation vous offre la possibilité d’apprendre avec les autres, en ligne et en personne? C’est ce Joe Mazza, le directeur d’une école primaire de Pennsylvanie, préconise auprès des élèves… et des professionnels son établissement scolaire.

Selon le directeur, l’utilisation du numérique va de pair avec la transparence et un esprit de collaboration, autant à l’intérieur de l’école qu’avec les parents et la communauté. Ainsi, l’école devient un modèle de citoyenneté numérique pour les jeunes qui développe ce savoir-être essentiel au XXIe siècle.

(Source : MindShift)

French Toast 01

Astuces d’écriture pour bloguer et favoriser l’apprentissage

Le blogue a été adopté par de nombreux milieux professionnels et communautés comme canal d’apprentissage. On y publie des comptes rendus de lecture et de présentation, de nouvelles techniques, des revues de littérature. On y partage des opinions, des outils, de la documentation. Mais les lit-on? Et qu’en retient-on?

Lire un compte rendu de conférence – hyperintéressante! – est un exercice franchement fastidieux quand le blogueur – votre collègue, supérieur, homologue – a oublié que vous, vous n’y étiez pas. Ou que vous, vous n’avez pas le temps de lire trois préambules avant d’arriver à la substantifique moelle. Ou que s’il s’enlise dans les détails, vous vous en extirpez comme des sables mouvants.

Qu’est-ce qui fait qu’un billet suscite l’intérêt du lecteur? Et qu’est-ce qui l’aide à mémoriser son contenu?

Bloguer pour favoriser l’apprentissage est un savoir-faire complexe. Dans le cadre de mes activités professionnelles, j’ai ajouté à mon carnet quelques astuces d’écriture au fil des ans. Je vous les offre, en toute humilité, en espérant qu’elles vous aideront à stimuler l’intérêt et la mémoire de vos lecteurs!

Adaptez-vous au lecteur

On peut penser que cela va de soi, mais on blogue pour être lu. Avant de vous mettre au clavier, imaginez votre lecteur-type devant son écran. À quel moment vous lit-il? De combien de temps dispose-t-il? Pour quelles raisons visite-il votre blogue? Que souhaitez-vous lui faire apprendre?

En rédigeant votre billet, gardez à l’esprit le profil de votre lecteur-type. Adressez-vous directement à lui, guidez-le dans sa lecture, répondez à ses questions avant même qu’il vous les pose.

Explicitez le lien entre votre billet et le besoin (immédiat ou éventuel) de votre lecteur. Cela pourrait avoir comme effet de susciter sa motivation à vous lire, notamment, s’il le fait le dimanche matin, en mangeant ses rôties.

Préférez la concision et la simplicité

Il faut l’accepter : on ne peut rendre compte d’un sujet dans toute son exhaustivité dans un même billet. C’est le deuil du blogueur, à moins d’avoir le loisir de rédiger une thèse… qui risque de prendre la poussière dans quelques listes de lecture ou banques de marque-pages!

Quand vous trouvez un article d’intérêt sur le Web, vous avez envie de le dévorer, de le lire tout de suite. Mais votre ardeur peut s’affadir si vous n’en finissez plus de faire défiler la page avant d’en voir la fin.

Préférez la simplicité, ce qui n’est pas synonyme de tourner les coins ronds. Il est possible de faire simple sans mettre en péril la valeur des idées que vous exposez. Utilisez des stratégies de vulgarisation quand vous présentez des concepts plus théoriques.

Pour alléger le texte, privilégiez les phrases courtes. Même s’il est parfois plus esthétique de varier le vocabulaire, ne craignez pas de répéter plusieurs fois le même mot s’il facilite la compréhension de votre texte.

Prenez votre lecteur par la main. Accompagnez-le en lui expliquant des savoirs plus complexes. Faites des analogies, utilisez la métaphore, insérez des schémas, des tableaux qui aideront votre lecteur à s’approprier l’information.

Créez des haltes dans le texte

Permettez au lecteur de faire une pause de lecture pour donner le temps au lecteur de réfléchir et et de faire des liens avec d’autres connaissances.

Quelques trucs :

  • utilisez plusieurs niveaux de lecture (sous-titres, exergues, encadrés) ;
  • posez des questions et répondez-y dans votre texte ;
  • amenez votre lecteur à cliquer sur des hyperliens ;
  • donnez-lui à regarder des images ou des photos qui illustrent vos propos.
Halte textuelle. Prière de le pas nourrir les oiseaux.

Piquez la curiosité

Pour susciter et maintenir la motivation du lecteur, choisissez un titre accrocheur et représentatif de votre texte. C’est une façon simple de mettre votre lecteur en appétit.

Aussi, quand cela est pertinent, insérez des faits inusités [Saviez-vous que le premier blogue a vu le jour en 1998?], un détail amusant, un néologisme et sa définition. Surprenez votre lecteur! Faites des liens entre l’information que vous exposez et les connaissances antérieures de votre lecteur : c’est une stratégie simple qui favorise la rétention de l’information.

Invitez le lecteur à passer à l’action

Vous avez présenté dans votre billet un savoir-faire nouveau : proposez à votre lecteur de le mettre en pratique et de partager son expérience!

Est-ce que ces astuces vous semblent faciles à mettre en pratique? Utilisez l’espace de commentaires pour publier les hyperliens des billets que vous avez rédigés en adoptant nos stratégies. Je me ferai un plaisir de vous répondre… et de vous lire!

Source de l’image : Giovani Tancredi